samedi 11 novembre 2006

Saint Louis ?

Louis IX, qui devait être canonisé plus tard sous le nom de Saint Louis, avait une grande réputation d'équité.
Il avait pris l'habitude de rendre la justice, dans le bois de Vincennes, assis sous un immense chêne. Il écoutait plaignants et prévenus, leur posait des questions et, sa conviction faite, il rendait un jugement qui était immédiatement exécutoire.
Tous ses sujets, pauvres ou riches, pouvaient se présenter devant lui, assurés d'être jugés équitablement. 
Paris, 1562, 68 000 morts suite à l’épidémie de peste. L’Hôtel-Dieu ne suffit plus, il faut isoler les malades contagieux.

Des terrains entre le vieux chemin de Pantin (rue de la Grange aux Belles), le Faubourg du Temple et le chemin de Saint-Maur, situés « hors Paris », sont retenus à cet effet.
Claude Vellefaux réalise le bâtiment initial retenu par Henri IV.
1ers malades accueillis en 1618.
Au grès des épidémies , l'Hôpital Saint-Louis voit ses portes se rouvrir pour désengorger l'Hôtel-Dieu.
C’est l'incendie de l'Hôtel-Dieu en 1773 qui signe l'ouverture définitive de l'hôpital Saint-Louis.
Nota : entre 1731 ert 1740, l'hôpital est transformé en dépôt de blé, par ordre du roi.
Initialement prédestiné à la dermatologie, Saint Louis deviendra une référence Européenne puis mondiale en la matière.
Au cours du XXème siècle, l’hématologie deviendra son autre spécialité.
En 1945, le Pr Jean Bernard obtint la première guérison complète de leucémie aiguë de l'enfant et vint ouvrir un service d'Hématologie à l'hôpital Saint-Louis.
En 1956, son assistant, Georges Mathé, réalisait les premières greffes de moelle osseuse, traitement de référence de toutes les formes de leucémies et autres maladies hématologiques graves.
Ce sont ces deux événements majeurs qui ont créé sur Saint-Louis une concentration de ce que la science et la médecine pouvaient compter de meilleur en matière d'hématologie : Michel Boiron, Jean Dausset (prix Nobel de Médecine en 1980 pour ses travaux sur l'Histocompatibilité), plus récemment Gérard Schaison, Laurent Degos, Eliane Gluckman.
A l'aube du 21 ème siècle, l'hôpital Saint-Louis, " hôpital spécialisé " est devenu un " hôpital de Spécialités " comptant aujourd'hui aux côtés de la dermatologie, sa spécialité historique, l'hématologie, la cancérologie, puis en complémentarité les unes avec les autres et dans le cadre d'un projet médical cohérent, d'autres disciplines telles que la chirurgie plastique, un pôle de transplantation d'organes et prochainement un centre de traitement des grands brûlés.
Depuis le 19 Mai 1607, jour de la signature par Henri IV de l'édit qui décide la fondation d'une Maison de Santé, jusqu’à 1989 où le nouveau Saint-Louis est en place, c’est toute une histoire de la médecine en France qui se met en place.
L’hôpital est donc implanté dans le Xème arrondissement, derrière le canal Saint Martin.
C’est un quartier que je commence à bien connaître : j’y ai passé des vacances à refaire un studio (à l’occasion je vous ferai un article sur ce sujet) il y a 3 ans, mais depuis quelques temps j’y ai aussi découvert cet ensemble au milieu d’un quartier un peu plus paisible.
Pour y aller depuis la ville où j’habite… par les transports en commun, il faut compter une bonne heure (et une autre pour en revenir).

En semaine, après le boulot, ça allonge un peu les soirées. Les visites se terminent à 20 h, donc retour maison plutôt vers 21h30…

Pour répondre à certains de vos commentaires suite à mon article d’hier, je préciserai que si le GL il est un peu HS et pas beaucoup là, c’est parce qu’il a ajouté à son emploi du temps déjà occupé par ailleurs d’autres occupations qu’on peut qualifier de « pas trop passionnantes » (mais quelle satisfaction du merci dans le regard de la personne que vous allez voir).

Nota : si on analyse bien la situation, c’est certes un peu fatigant, mais rien à côté de ce qu’ont à endurer les patients qui eux doivent rester sur place.
D'ailleurs, le 11 novembre, c’est férié : c’est donc l’équivalent d’un dimanche pour les personnes hospitalisées.
Si vous avez des proches ou des amis hospitalisés, pensez donc à aller les voir, même si vous devez passer plus de temps dans les transports pour aller les voir que sur place.

Une bonne nuit de sommeil, ça va revigorer le GL, pas la peine de vous inquiéter pour sa santé. Demain j’y retourne…

En conclusion, Louis est un prénom qui me disait quelque chose (comme vous pouvez vous en douter), j’en connais maintenant un peu plus grâce à cet article. Si j’y pense, je prendrai quelques photos pour illustrer mes propos.

Anecdote de mémoire : dans Fauteuil d’Orchestre, le Pianiste va jouer de façon bénévole à Saint Louis devant ce qu’il qualifie de vrai public… et où Claude Brasseur est en train de se faire soigner (alors qu'il fait croire qu'il est ailleurs).

19 commentaires:

  1. Saint Louis sous son chêne.
    Bonne soirée.
    Marie

    RépondreSupprimer
  2. vivement qu'on passe à gauche

    RépondreSupprimer
  3. Bonsoir G.L,  intéressante l'histoire de ST.Louis, mais pour l'histoire des deux mères et du bébé ce n'est pas lui. C'est le roi Salomon dans les écrits bibliques, dans le livre "des Rois" vers 900 avant J.C. La Reine de Sabba lui rendit visite pour connaître la grande sagesse qui faisait l'immense réputation du Juge et Roi Salomon (fils de David, roi d'Israël)
    C'est bien de rendre visite à ceux qui en ont besoin. J'ai pendant longtemps fait cela avec un groupe chaque dimanche. Cà apporte énormément.
    Bon dimanche.

    RépondreSupprimer



  4. Moi aussi je suis complètement débordée, je te comprends

    Mille Bisous et à bientôt

    RépondreSupprimer



  5. Petit kikou, GL, j'adore l'histoire de France, merci à toi
    j'en reviens de la clinique, je viens de sortir mon époux pour une opération du ménisque. Tu as raison de le rappeler, quand mon papa y était  à Noël et au jour de l'an, c'était le désert la veille et le jour de la fête, les souffrants étaient oubliés, et les bien portants trop pris pour penser à eux.
     passes un bon week end, avec la grisaille ambiante, c'est pas aujourd'hui que nous allons ramasser les feuilles, bisous

    RépondreSupprimer



  6. Desoleé si je ne laisse plus beaucoup de coms  meme si tes articles sont toujours aussi interessants apres de courtes vacances je me rattrapperais  bises

    RépondreSupprimer
  7. ah ces Louis, tous des types bien!!! bisous et bon week-end!!!

    RépondreSupprimer
  8. salut Louis! mais comment faire pour passer la vidéo directement sur mon blog? si tu as une réponse simple, se serait chouette pour mon petit cerveau! je t'embrasse.  Barbara

    RépondreSupprimer



  9. Bon week-end le Lourdo au coeur d'or !
     

    RépondreSupprimer
  10. christophespb11/11/2006 08:55

    Salut !
    Je sais pas comment commencer...
    Ton choix est bon, tres bon !  (donner en "reel" surpasse bien sur, le monde virtuel).
    Je crois que c est Lily's qui dit ca, a sa facon, (sur forum OB): avant tout : c est partager !
    Continue et bisous ! (Oui, j embrasse un mec, si je veus !!!)
    Christophe

    RépondreSupprimer



  11. Claude Brasseur est malade ? J'aime bien cet acteur.
    Bon week-end

    RépondreSupprimer



  12. ma fille a fait un exposé sur lui y'a pas longtemps!!! je te souhaite un bon week-end ! à lundi pour une nouvelle chanson ! bisous, christel

    RépondreSupprimer
  13.  bonne journée....de samedi : temps gris ...temps de circonstance !! @ +

    RépondreSupprimer
  14. Claude Brasseur est malade dans le film.FAUTEUIL D ORCHESTRE........dans la vraie vie ......je ne sais pas!         Bon courage GL et bravo

    RépondreSupprimer



  15.      Oh oui, beaucoup trop de gens sont délaissés une fois qu'ils sont à l'hôpital ! ! ! !  bisous de la mer rouge !!   @nne marie

    RépondreSupprimer
  16. Ben dis donc, t'as pas chômé..ou alors c'est moi qui suis en retard pour lire tes articles...J'ai adoré "Fauteuil d'orchestre", normal j'adore Cécile de France !
    Géniale aussi l'histoire du parcmètre...
    Alors à + St Louis ! Gros bisous, Sabineb

    RépondreSupprimer
  17. Hello que me dis-tu là : des comm qui se perdent ...niet tu n'étais pas encore là...parole des années "cinquante"...!!  lol  ...bonne nuit

    RépondreSupprimer