jeudi 19 avril 2007

Maman, c'est la guerre ?

Dans le Télérama n° 2986 (semaine du 7 au 13 avril !), Cécile Mury titrait ainsi son article à propos des lacrymogènes devant l’école Rampal. 

Elle y était ce 20 mars, lors de l’interpellation d’un sans-papiers devant une école maternelle. 

Pourquoi revenir sur ce fait divers ? 
Le GL serait-il en manque d’articles ? 

Pas tout à fait. Le GL pour une fois va faire une entorse à son régime "sans prise de parti politique sur son blog". 

Je vais en effet commenter également ce fait divers après quelques jours de congés, ce sera donc l’article de la reprise ! 

Je ne vous avais pas parlé de l’affaire de la gare du nord : là les avis sont sûrement partagés, mais pour avoir fréquenté les gares, je pense que de temps en temps il faut savoir faire ce qu’il faut pour préserver l’ordre public, surtout face à une bande de prêts à tout pour en découdre avec les forces de l’ordre. 

J’entends souvent ci et là que c’est le résultat de la politique du gouvernement en place, j’ai vu à l’œuvre d’autres politiques qui ont toutes abouti au même niveau : le désoeuvrement conduit souvent à la délinquance, faute de politique ad hoc, nous aurons toujours les mêmes difficultés, mais il appartiendra toujours aux même de préserver l’ordre public, en dernier recours. 

Bref, lors d’une interpellation ça dégénère, c’est dommageable mais quelque part il faut bien maintenir l’ordre. 

Ceci précisé, je n’ai pas entendu dire que l’interpellé à la gare était un grand-père, ni que les belligérantes étaient des mères de famille équipées de leur landau et d’une baguette de pain ! 

Dans le 20ème, en ce 20 mars c’était le cas. 

Vous vous imaginez le tableau ? 

Une foule de mères en furie qui chargent les forces de l’ordre armées de leur baguette de pain et qui mettent leurs enfant en première ligne pour damner le pion aux forces de l’ordre qui n’auraient pas d’autre solution que de lancer les gaz lacrymogènes et de charger ? 

Bon, la garde à vue pour la directrice me parait une bien piètre sanction à l’attention de cette mégère qui aurait frappé une voiture… 

Plus sérieusement , les personnes qui auraient engagé cette procédure, voire qui auraient fait appel à la BAC (brigade anti-criminalité !) seraient-elles tombées sur la tête ? 

Non, ce n’est pas possible, il suffisait de suivre le papy en question jusqu’à son domicile pour effectivement l’interpeller sans heurts ! 

Mais ceci est une autre histoire… ce ne sont que des hypothèses ! 

Je ne donnerai pas mon avis sur les sans papiers, je m’exprime juste sur cette plaisanterie de journaliste, car je ne peux pas y croire, aucun responsable des forces de l’ordre ne s’aventurerait dans ce type de situation ! 

Ou alors, c’est que dimanche prochain il y aurait des élections et que ce serait le moment de dire NON à ce type de pratiques d'un autre siècle. 

Dire NON à une personne qui va voir les policiers de Toulouse pour leur reprocher leur manque de résultats en leur précisant qu’ils ne sont pas là pour faire de la prévention (ou quelque chose comme ça, je ne me rappelle plus, une chose est sûre, ce qu’il leur était reproché c’était d’avoir organisé des actions sociales plutôt que de faire de la répression…). 

Lors du prochain mandat, il va falloir réconcilier les habitants avec leurs forces de l’ordre. 

La publicité pour la marque Karcher a déjà eu de graves effets… il est temps de faire nous aussi un petit nettoyage… ça remettrait sûrement les idées en place à tous ces fans qui ont oublié certaines pages de l'Histoire. 

Vous voterez en votre âme et conscience, j’en suis sûr, mais s’il vous plaît, faites en sorte que notre pays ne généralise pas ce type de pratiques. 

Les sondages ne donnent a priori qu’un seul gagnant face au chéri des médias : au premier tour je voterai donc pour celui que Corinne Lepage a eu la bonne idée de rejoindre avant le premier tour (c'est une autre femme brillante). 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire