dimanche 24 février 2013

Une conférence au CNAM : du bon usage de la crise

Après « Réflexions sur l'avenir de la mondialisation », me voilà de retour au CNAM pour écouter Alain Lamassoure, député européen, nous donner sa vision de la crise, lors d’une conférence au titre évocateur : Du bon usage de la crise


A Lamassoure au CNAM forum Europe


Bref, pourquoi être passé écouter Alain Lamassoure

Déjà parce qu’il était l’invité du Forum Europe (cycle de conférences publiques, créé au CNAM par Nicole Gnesotto, titulaire de la chaire d'Union européenne) et que la précédente conférence avait été l’occasion d’une sortie OVS réussie (*)

Ensuite pour écouter « en live » un député européen et ainsi essayer de me faire une opinion sur cette institution qui, je l’avoue, ne m’a pas toujours convaincu. 

Ce billet restera dans la catégorie OVS, comme je le précisais lors du précédent article Réflexions sur l'avenir de la mondialisation, « GL On Line » n’a pas la prétention de développer une rubrique économique. 

Je ne commenterai pas son argumentation (même si je partage l’opinion exprimée par un membre du groupe qui nous a fait part de sa déception de ne pas avoir entendu évoquer le futur et d’avoir encore une fois écouté un politique « parler » de politique) donc ne m’attarderai pas sur le fond de la conférence. 

Ceci précisé, sur la forme, le discours est clair, j’ai apprécié le ton employé : l’orateur sait y faire avec son public et présenter son argumentaire avec pédagogie.

Sans valider pour autant ce qu’il a dit, le voyage que nous avons fait ensemble sur l’histoire de l’Europe et de cette crise était vraiment captivant ! 

Pro de la politique, ses anecdotes sont bien construites, ses exemples et ses définitions assez remarquables. 

J’ai du mal à sélectionner le meilleur mot de la soirée, mais j’évoquerai ici sa définition de la politique, du moins ce que j’en ai retenu : la personnalisation à l’extrême des problèmes… ce n’est pas le problème qui en est un mais celui qui en parle !

Dans le Président et Miss Wade, le scénario fait dire à Michael Douglas qui incarne le Président des Etats Unis quelque chose de similaire… j’aime bien ce film ! 


Film ?

Pour conclure cet article, je dirai que revenu dans l’amphi Abbé Grégoire j’y étais aussi bien installé que dans mes salles obscures…

L’orateur avait commencé sa prestation en donnant son impression d’être dans l’arène et précisant qu’il attendait le verdict du pouce vers le haut ou vers le bas : ce sera clairement un pouce vers le haut !

(*) c’était jeudi dernier, compte tenu du premier essai en fin d’année dernière, conférence suivie d’un dîner, j’avais renouvelé le timing en posant le vendredi…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire