dimanche 14 février 2016

A propos de "la chute de panneaux publicitaires"

Accidents malheureux, drames pour certains, pourquoi évoquer ici ce sujet ?

Quand j’évoquais les plans d’actions, voire l’audit d’un plan d’actions, j’étais dans les généralités.

Là l’actualité et surtout les commentaires qui ont été faits ont suscité ma surprise voire une grande déception : comment peut-on être aussi négligeant face à des problèmes aussi graves ?

A chaque incident signalé, j’espère que les entreprises impliquées réagissent aussitôt la nouvelle connue et n’attendent pas nos politiques (même si l’incident concerne un concurrent).

Entendu à la radio, « un panneau tombe sur des piétons porte maillot, pronostic vital engagé pour une des victimes. »

Entendu puis lu sur une dépêche :
Anne Hidalgo a demandé lundi soir aux entreprises qui exploitent les "panneaux publicitaires sur la voie publique de vérifier dès aujourd’hui leurs installations, afin de s’assurer qu’elles respectent les normes en vigueur et qu’elles sont donc en capacité de résister aux intempéries".

Là je n’en crois pas mes oreilles, avant même le résultat d’enquête on préconise des actions : vérifier que les installations sont conformes aux normes DONC en capacité de résister aux intempéries… ce n’est pas rien comme affirmation, j’espère que cette affirmation n’ira pas nuire à l’instruction que je suppose en cours, voire qu’elle ne servira pas d’excuse aux responsables s’il y en a dans cette affaire.

Depuis j’ai retrouvé le communiqué officiel, la citation des journaux correspondait bien mais en omettant le début de la phrase : « Une enquête a été diligentée afin d’identifier précisément les causes de ce drame. Dans l’attente de ses résultats, » 
Donc c’est bien dans l’attente que l’action a été demandée, mais est-ce la bonne action ?

Personnellement j’aurais pu imaginer demander « quelles étaient les actions mises en place pour éviter qu’un tel accident ne se reproduise ? » mettant ainsi les vrais acteurs devant leurs responsabilités. Un accident peut éventuellement être mis sur le dos de la fatalité, mais sûrement pas le suivant. 

Mais bon, nos politiciens sont plus technocrates que la moyenne.

Une recherche sur le web permet de découvrir que ce n’était pas un panneau du palais des congrès (ce que j’avais capté du premier message, j’y passe souvent donc je suis un peu plus sensible à ce type d’informations) mais d’un panneau posé sur une palissade de chantier. 
Palissade de chantier, du provisoire qui devrait être soumis à plus de contrôles alors que bien souvent il faut aller vite… 

Je n’ai pas d’autres éléments sur le sujet, juste un goût amer : j’espère que le pronostic vital de la victime n’est plus engagé, mais pour le cheminot tué par la chute d’un panneau publicitaire 3 jours plus tard en Corse, là c’est définitif, c’est vrai qu’on n’avait pas demandé de vérifier à l’extérieur de la capitale…

1 commentaire:

  1. C'est comme ici. Malheureusement, il faut toujours attendre qu'un drame ou une tragédie survienne, avant que quelqu'action soit entreprise. On sait bien, les travaux d'entretiens et de vérifications coûtent chers alors, l'entretien n'est pas assuré. Ça fait un peu plus d'argent dans les poches des gros bonnets.

    RépondreSupprimer