mardi 25 avril 2017

A propos de la surtaxe résidence secondaire

La taxe d'habitation "bénéficie" d'une hausse pour les résidences secondaires. 
Bénéficie... en l'occurence quand ça passe de 20 à 60 % à Paris (augmentation votée lors du dernier conseil de Paris de Janvier) ça devient du matraquage fiscal !

Bon, ce n'est pas encore le moment de payer ses impôts locaux, mais après avoir vu la décision du conseil de Paris puis un article vantant les engagements de préserver le pouvoir d'achat des parisiens : "Vers des impôts locaux stables" (CNEW Matin du 19 avril), il est peut-être temps de faire un zoom sur le sujet. 

Image de l'imprimé fiscal

Quand je suis passé à la trésorerie vérifier que le changement d'occupant avait bien été fait, c'était en octobre dernier, j'ai entendu parler pour la première fois d'une surtaxe, à l'époque elle n'était que de 20%. Motif invoqué selon le préposé derrière le guichet : décision de la mairie, les résidents secondaires ne font pas vivre les commerçants locaux, bref, on les pénalise.

Si on en croit la rumeur, l'objectif serait d'inciter la vente ou la mise en location des logements inoccupés... 

Ceci m'amène à la réflexion suivante : si on décide d'habiter à Paris pendant ses congés, donc qu'on occupe le logement le week-end, vacances et jours fériés, il ne me semble pas inoccupé par contre pendant ces moments on fait vivre les commerçants locaux. 

Depuis bientôt deux ans que je passe du temps à Paris, j'avoue que côté courses, restaurants et cinémas je suis plus souvent sur Paris qu'ailleurs, ce pourrait même être considéré comme résidence principale si on considère l'aspect financier. Mais un petit studio n'a jamais remplacé un appartement et acheter un appartement sur Paris c'est un autre investissement.

Par contre, si on considère un parisien qui travaille en banlieue (vu le nombre d'entreprises qui ont déserté la capitale il doit y en avoir un bon pourcentage), pendant la semaine son appartement est vide, donc "inoccupé", et pour peu que le week-end il parte se reposer au calme, sa résidence principale est potentiellement toujours "inoccupée". 

Mais c'est un bon parisien, donc lui on préserve son pouvoir d'achat !

Décision sociale ? c'est vrai que ce sont forcément des riches propriétaires qui ont des résidences secondaires... De mémoire c'est aussi un gouvernement socialiste qui a institué le forfait hospitalier, il y aurait aussi à écrire sur le sujet, mais c'est une autre question.

Personnellement je suis surpris de ce raisonnement qui quelque part sent la chasse aux bailleurs sauvages, mais compte tenu de la hausse de cette taxe (*), vais-je devoir louer ma résidence secondaire deux semaines par an pour payer ladite taxe ?

Une résidence secondaire avec consommation d'eau et de gaz, un propriétaire au conseil syndical et souvent présent sur place, ce n'est pas vraiment un local inoccupé...
On pouvait imaginer plein de solutions pour taxer les bailleurs à la petite semaine, là je ne pense pas que la solution retenue vise les bonnes personnes. 

C'est mon avis et je le partage. 

Né à Paris, j'y ai déjà ma dernière résidence au Père Lachaise et je comptais même consacrer du temps aux associations du quartier. Mais puisque je suis manifestement persona non grata, j'occuperai mon temps à d'autres activités.

(*) passer de 20 % à 60 % de surtaxe, ça fait du 33 % d'augmentation (1,6/1,2) qui elle même est venue s'ajouter à une requalification d'une chambre des années 1850 en studio avec un peu de confort. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire