vendredi 20 juillet 2018

A propos de l’usurpation de fonctions

L’affaire Benalla tourne en boucle sur l’ensemble des chaînes d’information, tout un chacun d’y apporter son commentaire… après quelques jours, les postures commencent à changer mais est-ce dans la bonne direction ?

Je ne suis pas expert des sujets abordés mais j’ai interpelé mon député via Twitter dès que j’ai eu connaissance des évènements. 

Affaire #benala j’espère que @jmarilossian va avoir une position claire pour exiger une enquête parlementaire pour lever les zones d’ombre. (19 juillet 9h23). 

Ceci précisé, il conviendrait pour être certain d’avoir le bon plan d’actions d’avoir identifié les vrais problèmes.

On essaye de me faire croire que c’est un problème de violence, voire de violence policière (certains précisant que la première vidéo mise en ligne par Le Monde l’avait déjà été en mai mais que ça n’avait pas fait le buzz à l’époque, donc si ça intéresse l’opinion, voire seulement les journalistes si on en croit les rumeurs au sommet de l’état, c’est parce qu’elle met en cause un proche de notre président).

En fait, lorsque j’ai pris connaissance des faits j’ai été choqué par toute autre chose.

Petite observation des vidéos présentées :

Nous pouvons constater qu’un officier de police judiciaire procède à l’interpellation d’un manifestant qui se débat… puis le même laisse celui qui s’avère être le dénommé Benalla au service de l’Elysée s’emparer du manifestant pour le tabasser, les autres représentants des forces de l’ordre étant manifestement mal à l’aise en regardant la scène. 

Bref, malaise général sauf pour Benalla qui s’en donne à cœur joie, sûr de son impunité. 

Photo d'un pseudo représentant de l'ordre ?
Héros des temps modernes ?

Sur la photo ci-dessus on peut voir qu’il est à l’aise dans ce qui serait une usurpation de fonctions. 

A visage découvert, le regard circulaire et sûr de lui, on a affaire à un pro, c’est manifeste.

Mais si ce n’est pas une autorité reconnue, comment a-t-il pu faire autorité ? 

Un terroriste dans la même situation pouvait égorger le manifestant une fois parti avec lui et ceci en direct, avec l’appui des forces de police qui lui auraient fourni la victime. 
Imaginez le scandale !

Vous ne voyez pas là un vrai problème ?

Soit c’était bien l’autorité Elyséenne à laquelle l’ensemble des forces s’étaient soumis et là gros soucis pour la démocratie, soit c’est un dysfonctionnement grave dans le dispositif de sécurité, intrusion possible de faux responsables, en période de plan Vigipirate ou équivalent, ça fait peur. 

La responsabilité du ministre de l’intérieur ne peut être écartée (n’oubliez pas l’éviction du préfet du Rhône par notre président en octobre dernier).

La sanction rapportée par l’Elysée lors d’une intervention solennelle télévisée comparée au recadrage du gamin de 15 ans ou du chef d’état major par notre président pourrait aussi donner à tout un chacun matière à réflexion. Peut-être que mon député a plus important en tête ?

Des sanctions plus adaptées semblent enfin commencer à tomber, mais aurons nous une véritable enquête sur les conditions de cette affaire. 

Notre président voulait des héros, avait-il un garde du corps qui se voulait un chevalier des temps modernes ?

La commission d’enquête parlementaire me semble être la seule capable de faire le tour de la question, à condition de poser les bonnes questions au Palais présidentiel. 

Ceci constitue l’avis d’un citoyen moyen qui cherche à conserver un état de droit. 

J’espère que nos représentants auront en tête le Watergate (juin 1972), voire le Rainbow Warrior (juillet 1985) où l’aveuglement des élus avait dans chaque cas freiné l’enquête.

Pour l’anecdote, pour le Rainbow Warrior le premier ministre de l’époque n’était pas au courant de l’affaire quand il est intervenu pour la première fois, donc de bonne foi pour expliquer aux téléspectateurs que l’Etat n’était pas en cause. 

Si le Watergate a conduit à la démission d’un président, un ministre a fait le fusible pour la seconde affaire.

J’attends avec impatience un discours responsable parlant des vrais problèmes.

Nota : la prise de position de mon député 

Choqué par les faits et perplexe quant aux sanctions appliquées. 
Indigné par l’exploitation politicienne et démagogique de certains!
En attente sereine d’une justice impartiale et exemplaire. (20 juillet 11:01)

occultant l'enquête parlementaire ne laisse rien présager de bon. 

Mais bon, comme j'écrivais hier... 

#larepubliquemuselee @jmarilossian le doigt sur la couture laissera bafouer la République 

après l'annonce que les députés LRM ne devaient pas commenter l'évènement laisse supposer qu'un nouveau type de message a bien été diffusé. 

Pauvre République. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire