lundi 3 novembre 2008

Les Mots d'Or de Bercy

Je ne suis pas particulièrement d’accord avec le gouvernement en place, mais quand Christine Lagarde invite GL à une remise de récompenses dans le cadre de la promotion de l’utilisation de la langue française et ce dans les salons du ministère à Bercy, ça ne se refuse pas pour 2 raisons :

1) promouvoir l’utilisation de notre langue, c’est indispensable !
2) en profiter pour jeter un coup d’œil à l’édifice qui est récent… c’est une bonne occasion à ne pas manquer.
Donc deux bonnes raisons, GL y était !

Les mots d'or de Bercy

Manque de pot, mal informé, il n’a pas apporté d’appareil photo, ce sera donc un reportage sans photo.
Bon, dans l’ordre, le cadre de cette invitation.
J’ai un collègue qui participe à une des commissions… il m’a donc naturellement fait ajouter sur la liste des invités.

invitation aux mots d'or de Bercy

J’ai donc reçu l'invitation qui illustre cet article (un clic sur les images pour les voir en grand).

J’ai confirmé ma participation comme demandé et me suis rendu le lundi 27 à l’entrée du ministère, ai passé les contrôles comme à l’aéroport puis suis allé rejoindre les hôtesses de contrôle.

Mon nom figurait bien… on m’a remis le laisser passer « droit d’accès au cabinet ministériel » afin de pouvoir me rendre jusqu’au salon Michel Debré, situé au 7ème étage, donc des agents étaient là à faire les liftiers (des fois que nous nous égarions dans d’autres étages… histoire d’aller consulter notre dossier).
Arrivé sur place, je n’ai pu que constater la superbe vue dont disposent les collaborateurs travaillant dans ce ministère.
Comme indiqué par notre hôte (qui représentait Mme La Ministre retenue par le Président, la crise justifie cette absence), le ministère est ouvert sur l’extérieur, volonté affichée par toutes ces surfaces vitrées.
Bon, sans images, je ne peux que vous laisser imaginer, le cocktail après les discours était sympa aussi, mais ce n’était pas l’objet de la visite…
Revenons au sujet principal : Les Mots d’Or de Bercy.
De nouveaux concepts naissent tous les jours, il est impératif d’officialiser les bons néologismes dans les plus brefs délais, sinon, les mots venus de l’étranger (anglais en majorité) vont venir s’imposer de fait.
Louis Schweitzer qui participait à la remise des distinctions, a bien insisté sur ce point. L’airbag est de fait déjà entré dans le langage commun, le mot officiel sac gonflable ayant peu de chance de reprendre sa place.
Je me rappelle avoir participé à une discussion sur le forum OB quand à l’utilisation des mots anglais : à l’époque mon avis n’était pas aussi clair que depuis que j’ai écouté les éminents personnages qui sont venus défendre notre belle langue.
L’anecdote du représentant demandant qu’avait donc inventé le personnage qu'il allait récompenser, un certain Philippe Renard. Pas grand-chose au demeurant, un néologisme qui nous permet actuellement de ne pas parler software mais de logiciel !
En effet, en 1967, c’est Philippe Renard qui a trouvé ce mot "logiciel" et c’est grâce au soutien des sociétés informatiques qui ont imposé son utilisation que le mot est devenu souverain dans cet univers informatique victime de la suprématie de l’anglais.
Je ne vais pas trop m’attarder sur les différents discours des hautes personnalités venues remettre les prix aux lauréats. De bien long discours de la part de membres de l’académie, sa secrétaire perpétuelle était même présente.
Dans l’ordre des remises de prix, pour les remettre, Gabriel de Broglie, membre de l’Académie Française et de l’Académie des Sciences morales et politiques, Hélène Carrère d’Encausse, Secrétaire perpétuelle de l’Académie , Yves Chauvin, membre de l’Académie des sciences, Prix Nobel de Chimie 2005, Claude Hagège, Professeur au Collège de France, Louis Schweitzer, Président de la Halde et du Conseil d’Administration de Renault, Xavier North, Ancien élève de l’ENS et Délégué général à la langue française et aux langues de france et enfin Dominique Lamiot secrétaire général du ministère qui nous accueillait et représentant de Christine Lagarde qui n’avait pu nous accueillir.
Je m’excuse auprès des récipiendaires de ne pas tous les citer, peut-être aurais-je l’occasion de faire un autre article sur ce sujet. Je reviendrai juste sur les 2 discours qui m’ont le plus marqué.
D’abord celui du prix Nobel… ce n’est pas tous les jours qu’on en croise un mais j’avoue avoir été subjugué par sa prestance et sa simplicité.
Enfin, celui de Louis Schweitzer qui à son habitude a su être concis et utiliser des mots justes : j’ai particulièrement apprécié sa note d’humour à propos de la couleur verte du livret sur la terminologie automobile (référence à Ecco 2, vecteur de communication actuelle de Renault), mais surtout son analyse du travail des deux concurrents français qui malgré la crise actuelle arrivaient encore à travailler ensemble au sein du CCFA pour justement valoriser la langue qui était un de leurs points communs.
Après une telle soirée que faire ?
Sûrement envoyer quelques courriels pour partager mes impressions, voire participer à une réunion-bilan… (adieu e-mail et autre débriefing).

Une initiative à connaître : le lancement du Correcteur terminologique en ligne en 2009 dans la suite OpenOffice (et pourquoi pas bureau ouvert ?).

J’en reparlerai à l’occasion, vous pouvez me faire confiance. En attendant vous pouvez aller sur www.FranceTerme.culture.fr aller trouver les mots français officiels.

Le mot du jour
néologisme nom masculin
Mot ou expression de création ou d'emprunt récents ; acception nouvelle d'un mot ou d'une expression existant déjà dans la langue.
Copyright : Le Petit Larousse © Larousse / HER 2000

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire