vendredi 12 novembre 2010

Claude CHABROL

Au lieu de le confier à une nounou, ses parents l’envoyaient chez son oncle qui possédait un cinéma, très jeune il fonde un ciné club : après avoir été spectateur, il devient donc diffuseur très tôt.

Puis il passe à la critique dans les Cahiers du Cinéma, avec comme collègues Truffaut et Rivette.
Il participe donc au lancement de la Nouvelle Vague en tant que critique.

C’est en 1957 (bonne année) qu’il publie avec Rohmer un livre sur Hitchcock. 

Enfin, il se lance dans la foulée dans la réalisation.

Le Beau Serge sera son premier long métrage d’une très longue série.

Avec près de 60 films et une vingtaine des dramatiques télévisées, il dépasse largement ses maîtres (40 titres pour Fritz Lang et seulement 52 long-métrages plus 23 courts pour Hitchcock).

Son œil féroce a su analyser la bourgeoisie française, il a aussi mis en valeur des monstres (Denner dans le rôle de Landru est remarquable), voire nous a donné d’excellents policiers.

Que des bons moments de cinéma : l’humour et la causticité d’un Lavardin, admirablement interprété par Poiré m’auront fait passer de bons moment. 

Ma dernière toile remonte un peu : c’était à l’occasion de La fille coupée en deux.

Par ailleurs, j’ai toujours apprécié ses interventions tant à la télévision que dans les journaux.

Il avait son parler vrai : 

"Il faut reconnaître que si on vaut faire un distinguo entre la connerie et la bêtise, les hommes politiques ne sont pas bêtes mais cons. Le nombre de conneries qui ont été faites depuis trente ans est extraordinaire. Absolument prodigieux…

Quelle va être la succession ? Qui va reprendre la relève ?



Claude CHABROL était un homme de cinéma, réalisateur, producteur, acteur, scénariste et dialoguiste.

Né le 24 juin 1930, il vient de nous quitter le 12 septembre 2010.


Nota : le cinéaste à la pipe vient de se la casser après que Bruno CREMER ait cassé la sienne.

Nous pouvons aussi avoir une pensée pour Alain CORNEAU qui nous a quitté fin août.

Bernard GIRAUDEAU avait commencé cette série noire de l’été 2010, maisThe show must go on.

Article initialement publié sur overblog

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire