samedi 21 décembre 2013

MANDELA : Un long chemin vers la liberté

Personne ne naît haïssant une autre personne à cause de la couleur de sa peau, ou de son passé, ou de sa religion. Les gens doivent apprendre à haïr, et s’ils peuvent apprendre à haïr, on peut leur enseigner aussi à aimer.

 Mandela nous a quittés après une vie exceptionnelle. L’humanité est en deuil mais les pierres qu’il va avoir posées pourront / devront servir de base à toutes les générations futures. 

Je ne suis pas de la génération de ceux qui ont connu les deux dernières guerres mondiales et j’avoue ne jamais m’être intéressé à la guerre froide et à ses conséquences. Par contre, je suis de celle qui a vu l’effondrement du mur de Berlin, l’explosion de l’URSS, la libération de MANDELA et l’élection de Barack OBAMA.

Même si l’histoire est souvent adaptée/interprétée quand elle fait l’objet d’un film (avec tous les sujets occultés), l’avantage d’aborder l’Histoire à partir d’un résumé proposé par un film peut donner l’envie de s’y plonger un peu plus dans le détail. 

Mosaïque avec les films sur Mandela


Pour en revenir à MANDELA, le sujet était vaste : traiter toute la vie de ce personnage en un seul film, quel challenge ! Clint Eastwood avait oeuvré de façon magistrale sur le même homme en ne prenant qu'une partie de son existence. J'avoue être un adepte non seulement de Clint Eastwood mais aussi de Morgan Freeman... Suite au décès récent de Mandela, la diffusion d'Invictus à la télé a permis à tout un chacun de pouvoir comparer. 

« MANDELA : Un long chemin vers la liberté »  n'aborde pas la période coupe du monde, quelque part on imagine l'action en amont. « Zulu » serait à placer en aval, ces trois films pouvant constituer un triptyque sur l’histoire de l’Afrique du Sud. 

La comparaison mise de côté, après avoir vu cette année également « le Majordome », j'avoue que les différents films sont à voir et revoir ne serait-ce qu'en devoir de mémoire. 

Pour ceux qui pensent que c’est un peu loin de nos préoccupations « franco-françaises », je suggère d’aller voir « La marche » également, certaines scènes d’archives présentent des similitudes qu’il convient de conserver à l’esprit.

"Personne ne naît haïssant une autre personne à cause de la couleur de sa peau, ou de son passé, ou de sa religion. Les gens doivent apprendre à haïr, et s’ils peuvent apprendre à haïr, on peut leur enseigner aussi à aimer...

Vaste programme.

RIP Nelson MANDELA (Madiba nom tribal)
Ancien Président de l'Afrique du Sud
18 juillet 1918 - 5 décembre 2013

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire