mercredi 20 avril 2011

Leçon d'économie

Le principe des impôts semble pouvoir s'expliquer par une logique assez simple. Mais beaucoup pourtant ne le saisissent toujours pas.
Comme c'est la saison des taxes, laissez-moi vous l'expliquer en des termes simples que tout le monde peut comprendre.

Imaginons que tous les jours, 10 amis se retrouvent pour boire une bière et que l'addition totale se monte à 100 euros. Normalement, cela ferait 10 euros par personne. Mais nos dix amis décidèrent de payer cette facture selon une répartition qui s'inspire du calcul de l'impôt sur le revenu, ce qui donna ceci :
· Les 4 premiers (les plus pauvres !?), ne paient rien.
· Le cinquième paye 1 euros
· Le sixième paye 3 euros
· Le septième paye 7 euros
· Le huitième paye 12 euros
· Le neuvième paye 18 euros
· Le dernier (le plus riche ?!) paye 59 euros.
Les dix hommes se retrouvèrent chaque jour pour boire leur bière et semblaient assez contents de leur arrangement. Jusqu'au jour où le tenancier décida de leur faire une remise de fidélité !
« Comme vous êtes de bons clients, dit-il, j'ai décidé de vous faire une remise de 20 euros sur la facture totale. Vous ne payerez donc désormais vos 10 bières que 80 euros. »
Le groupe décida de continuer à payer la nouvelle somme de la même façon qu'ils auraient payé leurs taxes. Les quatre premiers continuèrent à boire gratuitement. Mais comment les six autres, (les clients payants), allaient-ils diviser les 20 euros de remise de façon équitable ?  Ils réalisèrent que 20 euros divisés par 6 faisaient 3.33 euros. Mais s'ils soustrayaient cette somme de leur partage alors le 5ème et 6ème homme devraient être payés pour boire leur bière.

Le tenancier du bar suggéra qu'il serait plus équitable de réduire l'addition de chacun d'un pourcentage du même ordre, il fit donc les calculs. Ce qui donna ceci :
· Le 5ème homme, comme les quatre premiers ne paya plus rien (un assisté de plus, Ndt)
· Le 6ème paya 2 euros au lieu de 3 (33% réduction)
· Le 7ème paya 5 euros au lieu de 7 (28% de réduction)
· Le 8ème paya 9 euros au lieu de 12 (25% de réduction)
· Le 9ème paya 14 euros au lieu de 18 (22% de réduction)
· Le 10ème paya 50 euros au lieu de 59 euros (16% de réduction)
Chacun des six « payants » paya moins qu'avant et les 4 premiers continuèrent à boire gratuitement.
Mais une fois hors du bar, chacun compara son économie :
« J'ai seulement eu 1 euros sur les 20 euros de remise », dit le 6ème. Il désigna le 10ème « lui, il a eu 9 euros ».
« Ouais ! dit le 5ème, j'ai seulement eu 1 euros d'économie » « C'est vrai ! » s'exclama le 7ème, « pourquoi aurait- il 9 euros alors que je n'en ai eu que 2? Le plus riche a eu le plus gros de la réduction »
« Attendez une minute » cria le 1er homme, « nous quatre n'avons rien eu du tout nous. Le système exploite les pauvres ».
Les 9 hommes cernèrent le 10ème et l'insultèrent.
La nuit suivante le 10ème homme (le plus riche) ne vint pas.
Les neuf autres s'assirent et burent leur bière sans lui. Mais quand vint le moment de payer leur note ils découvrirent quelque chose d'important : ils n'avaient pas assez d'argent pour payer ne serait-ce que la moitié de l'addition !
Et cela, mes chers amis, est le strict reflet de notre système d'imposition.
Les gens qui payent le plus de taxes tirent le plus de bénéfice d'une réduction de taxe.
Taxez les plus fort, accusez-les d'être riches et ils risquent de ne plus se montrer désormais.

En fait ils vont boire à l'étranger...,

Pour ceux qui ont compris, aucune explication n'est nécessaire. Pour ceux qui n'ont pas compris, aucune explication n'est possible.

Signé David R. Kamerschen, Ph. D.  Professeur d'économie



Une réponse glanée sur le net

Je suis particulièrement surpris que personne n’ait développé de raisonnement à long terme, voire même que personne n’ait songé à améliorer la prestation de service. Certains ont évoqué un problème en amont: c’est à mon avis inutile, la situation est telle qu’elle est à l’instant présent, on ne reviendra pas dans le passé, il faut donc s’adapter.


Pour résumer la situation:
Nos amis vont picoler ensemble et un consensus a été trouvé quand à payer la facture en fonction des moyens de chacun d’entre eux. Alors qu’une réduction survient, la pagaille apparaît.



Ce que je note, est que le partage des richesses évoqué précédemment convenait à chacun: c’est à dire que la soirée leur coûtait 100€ et ils pouvaient la payer, je ne comprends donc pas pourquoi vous tenez absolument à changer un modèle qui fonctionnait à merveille.



Nos 10 bonshommes disposent de 20€ de marge après chaque soirée. Rien ne leur interdit de réinvestir cet argent.
_Sur une vue à court terme, il pourrait par exemple très s’acheter un bocal de cacahuète, des parties de billard ou de babyfoot, augmenter la quantité de bière dans les verres ou opter pour une meilleure bière la fois prochaine. En bref, quand il s’agit d’améliorer la prestation de service les possibilités ne manquent pas.
_Sur une vue à moyen terme, il est possible d’investir dans une caisse commune pour améliorer la qualité du bar une fois qu’elle sera pleine: C’est à dire financer l’achat d’une TV, de jeux, revoir la déco, le service de verre, …
Il est à noter que non seulement le service profitera à nos bonshommes mais il profitera aussi à tous. La qualité du bar s’améliorant, il n’est pas exclue de voir la clientèle de ce dernier augmenter, incitant à l’emploi d’un nouveau personnel. Si par bonheur, l’un de nos 4 plus pauvres se retrouve employé, il ne sera plus pauvre: il pourra alors cotiser pour ses soirées, apportant encore plus de sous dans la caisse commune…
_Sur une vue à moyen ou long terme, il est possible de capitaliser le surplus pour former par exemple un fond d’investissement. En achetant des parts dans leur bar préféré, une marque de bière innovante, ou ailleurs. Les retours sur dividende ou les gains apportés grâce à la manipulation habile des titres permettront soit d’agrémenter le fond d’investissement, soit de participer au revenu de chacun de nos alcooliques… euh pardon, acolytes, leur permettant de passer au palier de payement supérieur pour l’achat de la bière et augmenter l’apport dans la caisse commune…
_Sur une vue à très long terme, il est possible de participer au financement d’une étude pour améliorer le goût de la bière. Si c’est dernière aboutit, non seulement nos bonshommes pour déguster le résultat de ces recherches, mais en plus, les gains apportés grâce au(x) brevet(s) déposé(s) devraient leur assurer une belle fortune.



En bref, les possibilités ne manquent pas mais au lieu de cela, nos compères ont décidé de “bruler” cet argent en faisant comme-ci il n’avait jamais existé ou jamais été investi dans la soirée. Cherchez l’erreur !
Je tiens à préciser aussi que:
_Si le riche s’en va, tout le monde est dans la merde c’est indiscutable.
_Mais si les pauvres, malgré la bière gratuite décident de ne plus venir au bar en raison de leur revenu trop faible: Il n’ont plus le temps en raison de leur double emploi, n’ont pas les moyens de payer le transport pour s’y rendre ou autre, la clientèle du bar chute de 40% ! (Si l’évènement est soudain, par exemple du à la faillite de la compagnie de bus desservant le bar, c’est que l’on appelle “la crise”).
Le bar faisant faillite, tout ceux qui peuvent se déplacer vers un autre bar un peu plus loin (en général les plus riches, pouvant encore payer le taxi, ou un chauffeur particulier) iront trouver leur bonheur ailleurs. (C’est que l’on appelle le tiers-monde, les riches foutent le camp car plus rien ne les intéresse sur place !)



Mais je peux me tromper, je n’ai peut-être rien compris aux notions d’économie. Après tout, je ne suis qu’un petit con d’informaticien n’ayant même pas de PhD.

Signé Coin Coin



En conclusion, le GL n’est pas économiste, n’a pas de PhD… et n’a même pas compris pourquoi que le barman faisait une ristourne : devant le déficit de l’économie (j’ai compris que nous laissons à notre descendance une dette incommensurable) pourquoi faire des ristournes ?

Bon, c’est politique tout ça. Il faut être calé : c’est sûrement pour ça que nos politiques ont des retraites dorées. Les chiffres entendus ce matin à la radio m’ont laissé rêveur… J'ai reçu le texte initial par mail, après les nouvelles entendues aux informations ça m'a inspiré cette compilation, un peu longue je vous l'accorde !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire