mercredi 19 juillet 2006

Alain Bombard

Alain Bombard était un médecin et biologiste français. Il découvre la mer très jeune en Bretagne où il apprend la voile.

Ses études achevées, il s'installe à Boulogne-sur-Mer et quand, un jour, on lui amène les corps de 21 marins morts dans le naufrage de leur chalutier, sa vie est changée.
Alain Bombard


En effet, il veut trouver des solutions pour augmenter les chances de survie en cas de naufrage.

- Il s'intéresse à la résistance à la fatigue et pratique lui-même : il n'hésite pas à traverser la Manche à la nage !

- il étudie de plus près les canots gonflables,

- il analyse la composition de l'eau ainsi que le comportement des naufragés.

Persuadé que l'on peut survivre après un naufrage, avec un minimum de nourriture et surtout d'eau, il ne va pas hésiter à tenter l'expérience lui-même.

En 1952 il devient chercheur au musée océanographique de Monaco, spécialisé dans les questions de survie en mer.

C’est avec un volontaire anglais qu’il quitte la principauté, à bord d'un Zodiac, «l'Hérétique», doté d'une voile, d’un sextant, d’un filet à plancton et de quelques livres.

À Tanger son compagnon décide d’abandonner et Bombard repart seul.

Il se retrouve sans rien à l'horizon, au bon vouloir du vent et des courants. Les premiers jours, il se nourrit comme prévu : eau de mer et jus de poissons. Mais il devra attendre 3 semaines pour voir la pluie. Petit à petit, la peur de la crevaison u canot, les diarrhées et la perte de poids l'affaiblissent.

Alors il fait signe à un cargo qui lui donne un œuf, une pomme et quelques légumes à manger, mais il refuse d'abandonner.

Il aura à écoper sans arrêt et avec les moyens du bord : sa chaussure ou son chapeau. Les dernières semaines seront très dures mais il finira par toucher terre à Barbade le 23 décembre 1952 après 113 jours de mer. Il est dans un état de santé déplorable et doit être hospitalisé.

Naufragé volontaire

De retour en France, avec le récit de cette aventure, Naufragé volontaire, publié en 1954, il acquiert une renommée mondiale.

Il fait des conférences, explique, décrit et met toute sa conviction pour convaincre : aujourd'hui les dérivés du Zodiac de survie sont obligatoires sur les bateaux et jusqu'à sa mort, il reçut des lettres de remerciements de naufragés.

L'homme Politique : En 1975, conseiller à l'environnement au Parti socialiste français.Conseiller général du canton de Six-Fours-les-Plages.Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Environnement dans le premier gouvernement de Pierre Mauroy (22 mai - 23 juin 1981). Il quitta le gouvernement à la suite de déclarations sur la chasse à courre.Député européen de 1981 à 1994.

Il est né le 27 octobre 1924 à Paris et est mort le 19 juillet 2005 à Toulon.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire