dimanche 2 septembre 2007

Le train sifflera trois fois

Gary Cooper et Grace Kelly dans un chef d’œuvre de 1952 réalisé par Fred Zinnemann.

Un western comme on aimerait en avoir de nouveaux.


affiche du film Le train sifflera trois fois

La tension qui monte au fur et à mesure que le dénouement approche : l'arrivée du train annoncé par son sifflement.

Un futur ex shérif, sur le point de se marier, apprend la venue d’une de ses anciennes captures, maintenant libéré et qui vient se venger.

On connaît l’heure du train… va-t-il tenter le tout pour sauver ses compatriotes ou alors répondre aux suppliques de sa promise qui ne veut pas le perdre ?

Will Cane va tout faire pour monter une équipe… mais chacun à tour de rôle va l’abandonner.

Alors que sa promise va justement prendre le train à son arrivée, lui va se sentir bien seul pour accueillir les méchants !
Sa promise, son unique amour, va-t-elle aussi l’abandonner ?


Si toi aussi tu m’abandonnes

Si toi aussi tu m'abandonnes
Ô mon unique amour, toi  !
Nul ne pourra plus jamais rien, non, rien pour moi !
Si tu me quittes plus personne
Ne comprendra mon désarroi...
Et je garderai ma souffrance
Dans un silence
Sans espérance
Puisque ton cœur ne sera plus là !


C'est la cruelle incertitude
Qui vient hanter ma solitude !
Que deviendrai-je dans la vie
Si tu me fuis... ?
J'ai tant besoin de ta présence
Tu restes ma dernière chance...
Si tu t'en vas, j'aurai trop peur...
Peur... de ne plus vivre une heure !


Si toi aussi tu m'abandonnes
Il ne me restera plus rien
Plus rien au monde et plus personne
Qui me comprenne
Qui me soutienne
Ou qui me donne simplement la main !
Attends ! Attends ! Attends ! Demain.

Chanté en français par John William

Paroles : Henri Contet, Max François. d'après le texte original "High Noon" de Ned Washingtondu film "Le train sifflera trois fois"

Penser au film sans en entendre la musique…Depuis que j’ai publié l’article sur Grace et Lady Di, la musique trotte toujours dans ma tête.
Si vous ne connaissiez pas… vous comprendrez maintenant la raison du titre de l’article.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire