lundi 28 février 2011

Annie Girardot

Par une soirée des Césars... c'était en 1996

Nous venons de découvrir les lauréats des derniers Césars, c'était le WE dernier.

En 1996 j'étais là à écouter tes paroles, et que d’émotion dans tes propos !

Si j’avais déjà eu l’occasion sur ce blog de relater ceux d’une actrice faisant sensation à une cérémonie des Césars : Isabelle Adjani lisant les Versets Sataniques, je n’avais pas eu l’occasion de parler d’une soirée qui m’avait atteint profondément.

J’avais vu le film, "Les Misérables" et ta prestation remarquable, toi cette artiste que Lelouch avait sorti de l’ombre.

Lors de la cérémonie des Césars qui a suivi, quelle émotion lors de la remise du titre plus que mérité !


Recevant en larmes le César... tu avais dit :

Je ne sais pas si j’ai manqué au cinéma Français
A moi le cinéma Français a manqué
Follement
Eperdument
Douloureusement

Votre témoignage et votre amour
Me font penser que peut être

Je dis bien peut-être
Je ne suis pas tout à fait morte.

Les larmes ne coulaient pas seulement sur ton visage : il fallait voir les visages de ceux qui t’écoutaient, qui buvaient tes paroles.

La standing ovation qui a suivi est à l’image de l’hommage unanime actuel qui remet en valeur ces quelques paroles du 3 mars 1996.

Michel Serrault, également lauréat, en ajoutera une couche en précisant que
« pour un second rôle, j’ai eu de la peine ».

Plus tard, en 1997, tu es même revenue sur le sujet avec une allusion à peine masquée

… je voudrai dire aux lauréates qu’en matière de César,
plus que tout le reste, tout vient à point à qui sait attendre…

Le 25 octobre 2006, j’écrivais dans l’article du jour :

… C'est l'anniversaire d'Annie Girardot. Son anniversaire tombe en même temps que celui d'Abel Gance : c'était  prédestiné pour une carrière de grande vedette de cinéma !
Un Bon Anniversaire Annie !
Dans ces moments difficiles, sache que nous sommes de tout coeur avec toi….

Déjà atteinte par ta maladie, il n’était pas question de revenir sur ces souvenirs que tu avais déjà sûrement oubliés. 
Tu aurais même oublié que tu étais artiste.

Tu as accompagné mes soirées avec tes comédies. Avec Philippe Noiret tu formais même un de mes duos préférés.

J’espère par ce billet avoir partagé l’émotion que j’ai ressenti à l’annonce de la nouvelle en rentrant ce soir.

Adieu donc, Annie Girardot.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire