dimanche 24 juin 2012

Quel support pour quel type de présentation ?


Nous avons déjà évoqué le sujet, dans une présentation il y a le support projeté, celui pour l’intervenant et celui pour les participants (cf. l'article sur PowerPoint).

Ici, je m’attarde surtout sur les questions relatives à l’animation du support projeté, réalisé avec notamment PowerPoint.

Là je vais creuser et commenter un peu le sujet d’une présentation et montrer qu’en fonction du sujet savoir de quoi on veut parler n’est peut-être pas si évident que ça, mais avec un peu d’organisation nous allons pouvoir identifier ensemble les différents documents.

Imaginons que nous parlions du déploiement d’une nouvelle manière de faire quelque chose, peu importe le sujet.

Essayons de lister les différentes étapes du déploiement :

D’abord, même si ce n’est qu’une version brouillon, il y a la description de la méthode, de la procédure correspondante.

S’il y a une nouvelle façon de faire… la manière de le faire doit être formalisée.

De façon similaire, on sait pourquoi on a changé de méthode, le cas échéant (simplifier, gagner du temps, supprimer des incidents, sécuriser la manipulation).

Après, en fonction de la structure où on compte déployer la méthode, il va falloir imaginer la ou les différentes manières de déployer l’information / formation et les circuits de diffusion.

Les instances décisionnelles sont connues ou à identifier : après il n’y a plus qu’à monter le projet de déploiement.

1) Dans une instance de décision, présenter la méthode et le ou les plans de déploiement pour faire choisir / acter la méthode et le plan de déploiement, affecter les ressources associées, prioriser les actions, transmettre les consignes.

La notion de parrain dans les instances dirigeantes pour accompagner le projet peut le cas échéant donner plus de poids au projet et aider son pilote.

2) s’il y a des formateurs relais, organiser des sessions de formation à leur attention pour valider / affiner le message, voire corriger / adapter le contenu de la méthode, valider le support intervenant et valider le support stagiaire.

Bien souvent, après la présentation en instance décisionnelle, c’est la première fois où la méthode / le message va être confronté à une population plus large.

3) organisation de la communication autour du sujet et des sessions de formation / information.

Arrivé à ce dernier niveau, donc une fois dans les starting blocs, la méthode est obligatoirement figée. Il ne faut plus remettre en question le message de base, sinon, il faudrait repasser à la
première étape.

Bref, accompagner le changement ça s’organise, mais il faut quand même l’avoir identifié et formalisé ce changement !

En conclusion, avant de revenir sur chaque document lors de prochains articles, listons les documents.

1) la méthode, le message de base (par exemple procédure)
2) la présentation projetée en instance de décision
3) les documents à l’attention des participants de l’instance de décision
4) la présentation de la méthode
5) le support pour les intervenants
6) le support pour les participants

Certains peuvent / doivent avoir des parties communes, c’est certain. En particulier, les illustrations au sujet de la méthode devront être les mêmes, espèce de charte graphique du sujet.

Mais, comme je l’ai souvent vu faire, avoir une présentation passe partout c’est gâcher le travail et tomber dans le syndrome du couteau suisse, sujet que j’ai déjà évoqué.

Article initialement publié sur Over-Blog

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire