lundi 14 juillet 2014

Souffrez-vous de réunionite ?

Réunionite voire réunionite chronique aigüe, voilà la maladie du siècle si on en croit certains. D’ailleurs il y a même un article sur Wikipédia sur le sujet, c’est bien la preuve ! 

Quelques chiffres viennent d’être communiqués dans un MOOC auquel je suis inscrit : un cadre passerait 16 ans de sa carrière en réunions, pour certaines entreprises on avance des chiffres de coûts astronomiques. Bref, un manque de compétitivité qu’il conviendrait d’éradiquer !

Plus sérieusement, je voulais écrire sur le sujet il y a bien longtemps déjà, il faudra d’ailleurs que je cherche au fond de mon blog s’il je n’ai pas laissé des traces sur le sujet, à force d’écrire sur tout et n’importe quoi on arrive à douter de ce qui a déjà été produit ! 

Réunion ? D’abord de quoi parle-t-on ? 

Réussir une présentation

« D’un groupe d’individus qui se retrouvent ensemble quelque part pendant un certain temps pour faire quelque chose » me semble une bonne approche. L'image ci-dessus illustre une réunion de 4 personnes avec un intervenant debout...

Je souscris à la critique générale si :

1) « faire quelque chose » n’est pas défini : au minimum il faut savoir pourquoi on se réunit, quel qu’en soit le motif (et là je ne suis pas exigeant. Pour se reposer, parler de la pluie ou du beau temps, voire pour perdre son temps sont des sujets légitimes !) 

2) « Groupe d’individus » n’est pas clairement identifié : idem ci-dessus, il faut savoir qui participe, même si « savoir qui ? » peut ne pas être explicite. Le principal est d’être précis même dans le vague. (X et Y avec peut-être la participation de Z est une information qui me semble pertinente, tout comme réunion ouverte à toutes les bonnes volontés… dans ces 2 cas on ne sait pas  vraiment qui va participer mais chaque participant potentiel sait à quoi s’en tenir !).

3 et 4) « pendant un certain temps » et « quelque part » ne sont pas précisés : restons sérieux, même si c’est pour perdre son temps, il faut savoir quand et où (de telle heure à telle heure tel jour à tel endroit!) pour que les participants puissent participer !
Nota : après ce sont peut-être des informations superflues ultérieurement. 

Dans les autres cas de rëunion je resterai réservé et ne porterai pas de jugement hâtif. 

Car des réunions il y en a de toutes les natures et chacun peut même être payé pour faire ça à longueur de journée…

N’ayant jamais participé à une réunion Tupperware (société spécialisée dans la vente de produits à domicile et grande organisatrice de réunions) je ne vous détaillerai pas le sujet, mais pour autant vous conviendrez que les réunions en question doivent être utiles à la société Tupperware !

Autre exemple plus connu : chacun a passé sa scolarité dans des salles de classe qui sont, ne l’oublions pas, nos premières réunions. Et mis à part lors des corrections des cahiers ou copies, l’enseignant est, la majeure du temps, « en réunion », soit avec les élèves (que nous pourrions qualifier réunion de formation), soit avec les parents (réunion d'information ou d'échanges) soit avec les autres enseignants (réunions de décisions, conseil de classe par exemple, voire conseil de discipline).

S’il faut effectivement faire la chasse aux réunions inutiles ne confondons pas pour autant réunion avec perte de temps ! 

Je vais pouvoir évoquer le sujet lors de prochains articles où je vais pouvoir détailler les différentes rubriques, voire revenir sur l’animation des réunions !

Nouvelle catégorie management... créée lors de la migration de cet article !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire